nyonstourisme.com
Image default
Tourisme

Les cimetières sont aussi des lieux de vie


Le cimetière de Montmartre à Paris : une pittoresque ville des morts, juin 2019. Eric Sergent, Fourni par l'auteur

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la science, qui a lieu du 1er au 11 octobre 2021 en métropole et du 5 au 22 novembre 2021 en outre-mer et à l’international, et dont The Conversation France est partenaire. Cette édition a pour thème : « Eureka ! L’émotion de la découverte ». Retrouvez tous les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr.


S’il est évidemment le lieu où l’on inhume les morts, le cimetière est aussi un espace fort ambigu, que chacun investit de significations diverses, sans parvenir toujours à les formuler clairement. En témoignent les mots d’Edmond Texier qui, dans son Tableau de Paris, décrit l’impression qui étreint le visiteur pénétrant dans un grand cimetière urbain, le cimetière du Père-Lachaise en l’occurrence :

« Quand on a franchi ses portes funèbres, où sont inscrites des paroles d’espérance, la disposition de tristesse, de dévotion et de recueillement sévère que l’on apportait cède à une impression première plutôt agréable qu’attristante. »

Lieu de tristesse et de douleur, mais également d’édification et d’apprentissage, parc de promenade en ville et musée d’art à ciel ouvert, il n’est pas aisé de définir ce qu’est vraiment un cimetière, au XIXe siècle comme de nos jours.

Une ville dans la ville

Le cimetière du Montparnasse à Paris vu du haut de la tour Montparnasse
Paris XIVᵉ arrondissement – cimetière du Montparnasse, vu depuis la tour Montparnasse.
Ordifana75/Wikimedia, CC BY-SA

Les cimetières, tels qu’ils existent aujourd’hui, sont de création récente. Un décret impérial du 23 prairial an XII (12 juin 1804) fixe de nouvelles règles d’inhumation qui s’appliquent toujours, et créent les cimetières contemporains. Ce texte, complété par d’autres plus tardifs, interdit l’inhumation dans les églises, contraint les communes à déplacer leurs lieux de sépultures à l’extérieur des villes, mais ouvre également la possibilité de concéder, à ceux qui en ont les moyens, des emplacements à perpétuité dans le champ de sépulture.

Cette dernière disposition, qui n’était que secondaire dans le texte initial, connaît un succès imprévu. Au cours du XIXe siècle, une grande vague monumentale s’empare des cimetières français et des milliers de monuments, de toutes les tailles et de toutes les formes sont élevés. Cela contribue à transformer ce que l’on appelait encore « champ de repos » en une véritable « ville des morts », reflet silencieux de la ville des vivants. Car si le cimetière a ses beaux quartiers, il a aussi ses faubourgs : une ségrégation sociale et économique s’impose dans la mort comme elle existe dans la vie. Victor Hugo le dénonçait déjà vivement, accusant que « les petits, les pauvres gens, les malheureux, quoi ! on les met dans le bas, où il y a de la boue jusqu’aux genoux, dans les trous, dans l’humidité. On les met là pour qu’ils soient plus vite gâtés ! »




À lire aussi :
Comment écouter les podcasts de The Conversation ?


Michel Foucault voit en ce lieu une illustration parfaite de son concept d’hétérotopie, c’est-à-dire un « lieu autre […] en liaison avec l’ensemble de tous les emplacements de la cité, ou de la société […] ». Le cimetière concerne chacun, il assure et matérialise le lien entre morts et vivants, lien entretenu par la visite au cimetière.

Visiter les morts

Dès le début du XIXe siècle, il apparaît que le cimetière doit devenir un lieu où l’on vient certes visiter « ses » morts, mais où l’on peut aussi rencontrer les « grands hommes » et apprendre d’eux. De lieu de répugnance et d’abandon, le cimetière devient un lieu de promenade ouvert au public, visité par les vivants, source d’inspiration et d’émotions, propice à l’édification et à la méditation. Cela explique le développement d’un véritable « tourisme funéraire », au cours du siècle, qui se traduit par la publication de nombreux plans et guides, et même par l’édition de cartes postales des tombeaux remarquables.

Les artistes viennent chercher entre les murs du cimetière l’inspiration et méditent sur la condition humaine. Ainsi, à la fin du siècle, Émile Zola écrit-il :

« J’ai suivi lentement les allées du Père-Lachaise. Quel silence frissonnant, quelles senteurs pénétrantes, quels souffles tièdes, venus on ne sait d’où, comme des haleines caressantes de femmes qu’on ne voit pas ! On sent que tout un peuple dort dans cette terre émue et douloureuse sous le pied du promeneur. Il s’échappe de chaque arbuste des massifs, de chaque fente des dalles, une respiration régulière et douce comme celle d’un enfant, qui se traîne au ras du sol, avec toute la paix du dernier sommeil. »

Paysage funéraire « ‘urbanisé’ » du cimetière du Père-Lachaise à Paris, février 2021
Paysage funéraire « ‘urbanisé’ » du cimetière du Père-Lachaise à Paris, février 2021.
Eric Sergent, Fourni par l’auteur

Loin d’être un lieu de tristesse perpétuelle, le cimetière devient donc le lieu de rêverie, de repos et de promenade. Un vieillard lisant chaque jour au Père-Lachaise, interrogé par Louis Loire sur le choix de ce lieu, lui répond même que « c’est l’endroit le plus gai du quartier ».

C’est aussi l’espace de toutes les démonstrations : architectures remarquables, signées des plus grands noms du XIXe siècle, statuaire exubérante, épitaphes envolées. Si certains critiques et théoriciens y voient « les caprices des vanités les plus vulgaires », ces monuments surprenants font le succès de ces lieux hors du commun et hors du temps.

Entre parc et musée, le cimetière aujourd’hui

Une allée arborée au cimetière du Père-Lachaise à Paris
Cimetière du Père-Lachaise à Paris (Île-de-France, France).
Gzen92/WikimediaCommons, CC BY-SA

Le deuil, qui ponctue chaque existence, conduit quasi-systématiquement au cimetière. Mais nombreux sont également celles et ceux qui y pénètrent sans tristesse. Si la dimension éducative et morale du cimetière, telle qu’elle existait au XIXe siècle, a sans doute disparu, l’attrait des personnalités qui y sont inhumées est, lui, bien réel. Les visiteurs du cimetière Montmartre veulent voir la sépulture de Dalida, ceux du cimetière Montparnasse se recueillent sur la tombe de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Au cimetière du Père-Lachaise, les curieux cherchent Edith Piaf, Jim Morrison, barricadé derrière des grilles pour éviter les excès, ou Oscar Wilde, dont le monument a dû être protégé par des parois de verre.

D’autres font une simple promenade de santé, dans ces espaces qui sont aussi d’immenses parcs – le Père-Lachaise fait 44 hectares, en plein Paris… – et deviennent parfois de véritables conservatoires de la faune urbaine. Les renardeaux du Père-Lachaise, photographiés par Benoît Gallot, le conservateur du cimetière, l’ont démontré ! Il est en revanche hors de question de pratiquer un certain nombre d’activités, explicitement proscrites : « activités sportives telles que le jogging » ou des « activités ludiques (jeux de piste, chasse au trésor, escape games, etc.) ». Le cimetière n’est donc pas un parc public comme les autres…

Enfin, aujourd’hui encore, les cimetières sont les plus grands musées de sculpture du XIXe siècle, ouverts librement à tous, chaque jour de l’année. Ils regorgent d’œuvres remarquables, touchantes, parfois franchement surprenantes. Témoignages émouvants d’un passé disparu, ils nous conduisent à questionner notre propre rapport à la mort puisque, comme l’écrit Roland Recht, reprenant une idée du philosophe Johann Gottfried von Herder :

« Il s’établit entre la sculpture et le spectateur une sorte de dialogue muet, par le truchement duquel celui-ci va à la rencontre de son propre idéal. »


L’auteur effectue sa thèse sous la direction de M. Laurent Baridon, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Lumière Lyon 2.

The Conversation

La thèse d'Eric Sergent est financée par un contrat doctoral unique (2018-2021), accordé par l'Université Lumière Lyon 2.



Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

A lire aussi

Comment les touristes LGBT+ se cachent pour mieux voyager

administrateur

Louez une cabane et profitez d’une nuit insolite à Annecy

Emmanuel

Pour l’environnement, il faut réinventer l’industrie du transport aérien

adrien

Sardines à l’huile, fondue lyophilisée… ces rituels culinaires qui donnent le goût de l’aventure

adrien

L’Alsace, un territoire à la pointe de l’œnotourisme

adrien

Pourquoi le Covid-19 ne mettra pas en péril le tourisme en France

adrien